Bon ou mauvais parent ?

(Temps de lecture: 6 minutes)

Certainement beaucoup de personnes se posent la question suivante: Comment devenir un meilleur parent ?
Peut être que même vous vous dîtes, en tant que célibataire « Il vaux mieux  que je ne sois jamais parent , cela risquerai de  tourner à la catastrophe ! »

Aujourd’hui, il existe de nombreuses ressources parlant de parentalité. Il est beaucoup question d’éducation positive, de pédagogie montessori, d’épanouissement…
Être parent aujourd’hui c’est hyper-stressant car j’ai le sentiment que nous vivons dans une société qui nous observe et nous pointe du doigt si nous faisons un pas de travers dans l’éducation de nos enfants.
Même si être parent n’est pas de tout repos cela devrait rester un bonheur pour tous.
Pour vivre la parentalité avec joie je vous conseil de lire le grand manuel des parents.
Vous le connaissez? Il est excellent et donne toujours le bon conseil au bon moment…
Ce n’est pas un livre de plus à avoir mais le livre essentiel qui se place au-dessus de tous les autres.
Ce livre est connu aussi sous le nom de Bible. Eh oui la Bible peut être lue comme un manuel des parents.

Par exemple voici ce qui est écrit et qui enlève toute pression dans la vie des parents

« Il y a des pères parmi vous. Lequel d’entre vous donnera un serpent à son fils quand celui-ci lui demande un poisson ? Ou encore, s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ? Si donc, tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent. »

Luc 11/11-3

Cette parole de Jésus nous libère d’un certain stress car il annonce à tous les parents qu’ils sont mauvais ! Donc inutile de courir après le mythe du bon parent car il est impossible à vivre.
Eh oui… personne ne peut faire le fier en disant qu’il est parfait en tant que parent.
Jésus s’adresse à  tous les parents et en particulier aux meilleurs des chrétiens.
Il parle ainsi de ce que nous sommes réellement à ses yeux et nous pouvons le comprendre dans deux directions particulières.

Mauvais dans notre nature

En premier la Bible nous montre qu’aucun être humain n’est parfaitement bon car toute personne est coupable de quelque chose devant Dieu. Si  nous en doutons, il suffit de se poser la question suivante:  Avons-nous toujours su aimer parfaitement nos enfants, nos parents, notre conjoint ou notre conjointe? C’est ainsi que nous pouvons comprendre , l’expression: tout mauvais que vous êtes.
Mais tous coupable devant Dieu ne veut pas dire fichus ou bon à être jeté!
Jésus n’agit pas comme notre société qui descend si facilement la personne qui a commis une faute surtout dans l’éducation de ses enfants.
Jésus est venu pour nous transformer en tant qu’individu et en tant que parent. Il a fait le premier pas en nous proposant de vivre son pardon et sa grâce. Ainsi il nous propose de le laisser vivre dans notre famille.
Pour exemple je pense à l’histoire de l’évangile concernant cette mère seule qui était en route pour enterrer son fils nous parle de toute les mères qui élèvent seules leur enfant. C’est peut être votre cas. Cette mère ne peut pas lui donner la vie, elle est en situation d’échec total. C’est ici que Jésus intervient en redonnant la vie à l’enfant mort.
Seule devant votre enfant, vous pouvez vous sentir coupable de ne pas avoir su l’aimer comme il le fallait mais Jésus vous offre sa résurrection dans cette situation. Il ne veut pas que votre histoire de parent se termine dramatiquement.

En mauvais état

Un autre sens de mauvais pourrait être défectueux. Il n’est pas question forcément d’une faute commise mais plus d’un état général.
A l’image d’une voiture en mauvais état, nous avons tous des domaines de notre vie qui sont défectueux.!
Même si la voiture continue à rouler et reste utile, les risques de pannes sont présent et parfois arrivent. C’est ainsi qu’est notre vie.Nous avons tous grandi avec des blessures plus ou moins profondes. Et nous construisons nos relations influencées par celles-ci.
Par exemple nous pouvons grandir avec un grand besoin d’être valorisé ou avec un désir continuel d’approbation des autres que nos propres parents ne nous ont pas donnée.
A cause de cela nous rechercherons à plaire à nos enfants au point que parfois nous céderons facilement à leur caprice.Nous vivons une relation particulière avec nos enfants car elle nous rappelle ce que nous avons nous-même vécu en tant qu’enfant avec nos propres parents.
Ainsi  nous pouvons avoir des réactions disproportionnées en face de l’attitude de notre enfant qui va appuyer sur notre blessure.
Jésus sait très bien que nous sommes en mauvais état c’est pour cela qu’il ne va pas exiger de nous que nous soyons des parents sans reproches.
C’est pour cela qu’il donne à ceux qui lui demande et qu’il ouvre une porte à ceux qui n’arrivent pas à franchir certains caps.

Ce qu’il dit à tous les parents, je le répète: «  tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, »
Donc inutile de se donner comme objectif de devenir un bon parent. Nous devrions plutôt viser l’objectif suivant: savoir donner de bonnes choses à ses enfants.
Le savons-nous?

A écouter

Un bon parent cela n’existe pas !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.